Neuvaine à Sainte Rita

Lorsque Sœur Rita, de son lit de malade, en l’hiver 1457, demande à sa cousine venue lui rendre visite : « Je voudrais une rose de mon petit jardin », celle-ci pense qu’elle délire.  Elle se dit : « Une rose en plein hiver ! » Et pourtant, elle trouvera bien une rose dans ce jardin, et Rita aura sa rose avant de mourir, la rose de la confiance que nous transmettrons à nos proches cette année encore.

Ce délire que suspecte la parente de Rita est un symptôme de la foi qu’il me plairait que nous développions au cours de la neuvaine que nous vivrons ensemble. Cela implique de fait, une déconnexion avec la mentalité ambiante et l’opinion commune, qui fait dire aux familiers de Jésus : « Il a perdu la tête » (Mc 3, 20-21). Quoi de plus normal ! Il est simplement cohérent avec lui-même, en appliquant les termes de son premier discours en Mt 5. En relisant et en méditant les Béatitudes au cours de notre neuvaine, nous retournerons non seulement à la source qui a entretenu le délire des saints, mais nous retrouverons aussi le moyen de surplomber les limites de notre temps et les difficultés de notre vie.

Prédicateur : Père Brice

Thème : Les Béatitudes : école de folie et instrument de transformation des aléas de l’existence humaine